Navigation plaisir

Avec les GPS MIO

Accueil : Liste des articles...

Le Bassin d’Arcachon : un véritable monde à part

5/08/2012
2
Les Cabanes tchanquées

Réserve de mer et de soleil à deux pas de Bordeaux, entre tièdeur du sable et fraîcheur des pins, frangé de prés salés et de ports ostréicoles… Le Bassin d’Arcachon est  un monde à part. Un site d’exception où il fait bon passer quelques jours, ses vacances, voire toute une vie !

Le Bassin d’Arcachon doit son origine au vaste delta que formait jadis la Leyre, se jetant directement dans l’Océan. Ce delta fut en partie barré par la flèche de sable du Ferret, progressivement construite par le courant de houle qui vient du Nord, jusqu’à former la baie que nous connaissons aujourd’hui.

L’eau du Bassin d’Arcachon couvre une superficie de 155 km² à marée haute, mais seulement 40 lorsque la mer se retire. 230 millions de m³ d’eau entrent et sortent à chaque marée à la vitesse de 2 mètres/sec entre la dune du Pilat et la pointe du Ferret par des « passes », sorte de corridors maritimes d’à peine 3 km de large. Ces passes sont encombrées de bancs de sable instables dont l’Arguin, désert de sable émergeant face à l’Océan, le plus grand banc du Bassin aujourd’hui.

C’est dans cet univers aux paysages et aux couleurs changeant sans cesse que vivent les habitants des dix villes ou villages répartis tout autour du Bassin. Ils y ont développé, trouvant là un patrimoine et un terroir uniques, un art de vivre particulier qui en fait un monde à part.

Les incontournables du Bassin

— La Leyre et son delta
(Coordonnées GPS : 44.651864 x -1.00821)

La Leyre, petit fleuve landais formé par la réunion de la petite et de la grande Leyre, se déverse dans le Bassin d’Arcachon après un parcours de 100 km sur le sable des Landes. Elle est bordée de feuillus formant une voûte d’espèces variées (chênes tauzin et pédonculé, frênes, châtaigniers, saules) abritant quelques osmondes royales, une fougère magnifique. L’impression qui s’en dégage n’en est que plus secrète, tant la lumière est tamisée et l’atmosphère ouatée. La rivière quitte son tunnel de verdure à quelques 80 km des sources pour se ramifier en multiples chenaux de delta. Là, l’eau douce s’y mélange à l’eau salée et la végétation change peu à peu pour se composer d’arbres isolés, de plantes des milieux humides, de roseaux en roselières.

— Les anciens marais salants du Bassin
(GPS : 44.689716 x -1.020945)

Propriété du Conservatoire du Littoral, le Domaine de Certes situé sur le Deltade Leyre constitue un véritable monument naturel qui s’étend sur plus de 600 hectares, entre marais et Bassin. L’abondance d’espace, de quiétude et de nourriture fait de Certes un domaine de prédilection pour la faune sauvage (cygnes, cormorans, aigrettes, hérons cendrés…). Sel jadis, poissons aujourd’hui : derrière ses digues, le marais de Certes fait « fructifier » l’eau de mer. D’autres réservoirs ont été aménagés au XIXème siècle dans les zones humides du Teich (Cantarane), d’Arès (prés-salés) ou de Piraillan. Ils sont utilisés pour la pisciculture extensive : mules et anguilles essentiellement.

— L’Ile aux Oiseaux

Cette île d’une superficie de 300 hectares à marée haute et 1.000 à marée basse située au coeur du Bassin comprend une partie émergée avec des arbres, de la lande et de la bruyère entourée d’une grande superficie de marais maritimes et de sable. L’île doit son nom aux nombreux oiseaux qui la fréquentent et y trouvent refuge. On recense chaque année près de 300 espèces différentes parmi lesquelles les oies bernaches,les poules d’eau noires, les aigrettes, les bécasseaux, les canards,les hérons… L’île demeure une halte privilégiée des oiseaux migrateurs.Tout au long de l’année, les plus sédentaires y trouvent leur nourriture parmi les herbiers, vasières, flaques et chenaux.

— Les Cabanes Tchanquées

Ces cabanes servaient à l’origine d’abri temporaire aux ostréiculteurs, entre deux marées. Le terme « tchanquée » qui leur est indissociable vient du gascon et signifie « perchée sur des échasses ». Référence à leur construction sur pilotis. Majestueuses, elles sont plantées au milieu du Bassin, telles des avant postes protégeant l’île aux Oiseaux. La première cabane fut construite en 1883, mais l’effet des marées et la corrosion du sel aboutirent à sa destruction en 1943. Deux cabanes subsistent encore aujourd’hui et sont devenues des symboles du Bassin.

— La Ville d’Hiver : Arcachon

Ce quartier a été construit à partir de 1862 sur la dune qui surplombe la ville. Ses quelques cent maisons sont parmi les plus connues d’Arcachon. La diversité des styles des villas n’empêche pas que l’ensemble forme un tout original inscrit à l’inventaire national des sites depuis 1985.

Informations :

  • Office de Tourisme d’Arcachon
    Esplanade Georges Pompidou, Tél : 05 57 52 97 97
    — www.arcachon.com(GPS : 44.659973 x -1.167839)
Photos : SIBA – B. Ruiz
notez cet article
2520
Merci !
Erreur !

Facebook Twitter

Laisser un commentaire Discussion : 2 commentaires

  1. Arcadvisor dit :

    Bonjour

    Parmi les incontournables il faut ajouter il me semble :

    - Le parc ornithologique du Teich
    - La banc d’ Arguin
    - Observatoire de Sainte Cécile
    - Phare du Cap Ferret
    - Ile aux oiseaux

    et peut être également :
    - Île de Malprat
    - Les réservoirs de Piraillan
    - Domaine de Certes

    c’et toujours difficile de se fixer des limites mais cette dizaine de sites devraient faire le bonheur du plus grand nombre, surtout que nous parlons de site à visiter gratuitement…

  2. Sylvain dit :

    Bonjour,
    Effectivement il y a des tas de choses à voir autour du bassin, difficile de toutes les citer ! Merci de vos suggestions, je suis sur que les lecteurs apprécieront.

Laisser un commentaire